Traversée du Vercors en raquettes

Le Vercors mérite bien sa réputation de territoire sauvage aux paysages grandioses. Au-delà des longues visions qui invitent au calme, vous ne vous lasserez pas de vous faire surprendre par les pics, falaises et canyons qui surgissent aux détours des chemins. Et l’hiver offre l’occasion de redécouvrir ces paysages sous un nouveau jour, dans leur manteau de neige. Il existe autant d’itinéraires de traversées que d’idées de promeneurs, donc je vous en propose un, que j’ai suivi en raquettes avec deux amis en février.

DSC_5027

Avant tout, je tiens à rassurer le lecteur inquiet qui pourrait douter de ses capacités à entreprendre cette traversée: on entend beaucoup « le Vercors en hiver, c’est hyyyper paumatoire! ». Alors oui, il vaut mieux prendre ses précautions si on n’est pas un expert de l’orientation à la boussole (exemple: appli GPS utilisable hors ligne type Komoot à 30€), faire attention aux scialets et lapiaz (gouffres et crevasses) et privilégier des conditions de temps clair permettant de bien se repérer. En ce qui nous concerne, nous avons eu 4 jours de beau temps et nous avons très simplement suivi les traces de ski dans la neige qui correspondaient tout à fait aux chemins (cf. cartes TOP25 n°3236 et 3237).

Je conseille de s’équiper d’un duvet bien chaud pour passer la nuit dans les cabanes (je pense que la température est autour de 0°C la nuit, pas bien inférieure car l’eau ne gèle pas dans la cabane). Prévoyez aussi de faire fondre de la neige, les sources sont gelées ou sous la neige en cette saison.

Nous avons réalisé la traversée en raquettes mais l’itinéraire est accessible en ski de rando. L’itinéraire est également accessible aux pulkas. Notre traversée est dans le sens Sud-Nord. Je ne pense pas qu’il y ait un sens préférable, le mieux étant sans doute de tester les deux, l’angle de vue sur le paysage étant complètement différent. Attention toutefois dans la prévision de vos étapes, on ne peut pas simplement prendre un itinéraire en sens inverse du fait des dénivelés positif et négatif différents (voir ci-dessous).

Nous sommes partis un dimanche vers 11h30 du col de Menée (voir accès plus bas). Le sentier part au-dessus de la route, une cinquantaine de mètres avant l’entrée du tunnel (côté Clelles). Avant de rejoindre le GR à la fontaine des Prêtres, il n’y a pas de trace mais on se repère facilement: il suffit de suivre la crête, passer le col de Lauzette, continuer au-dessus de la forêt et rejoindre la « fontaine » (c’est-à-dire le fond de la vallée, visible et relativement fréquenté avec des tables de camping). Nous avons passé la nuit à la cabane de l’Essaure.

DSC00166.JPG

La crête de Grande Leirie

Le lendemain nous avons rejoint la cabane de Chaumailloux en 3h où nous avons déjeuné. Nous avons ensuite continué 3h sur la cabane de Pré Peyret en passant par le Pas de l’Ours et la Jasse de Peyre Rouge. Ce chemin est identifié comme un sentier sur la carte IGN mais il y avait des traces. L’itinéraire de randonnée (par la plaine de la Gache, bergerie du Jas Neuf et col du Pison) constitue une jolie alternative mais qui rallonge un peu (7km contre 5,5km, dénivelé identique).

IMG_2885.JPG

Le Mont Aiguille

Pour la troisième étape, nous attaquons la traversée des hauts plateaux, le long des sommets dominés par le Grand Veymont. Nous avons suivi le GR91 mais un camarade de cabane chevronné en ski de rando nous a conseillé le détour costaud par la Cabane des Aiguillettes et le Pas des Chattons (15km/+440m contre 11,5km/+180m).

IMG_2941.JPG

Le Grand Veymont

Dernière étape (mais pas la moindre!) nous avons rejoins Corrençon-en-Vercors (18,5km/+190m). Après une bonne matinée de marche, nous avons déjeuné à la Cabane de Carrette où l’on commence à rencontrer des promeneurs à la journée. Nous sommes arrivés vers 16h. A noter que cette étape sportive, me paraît très compliquée dans l’autre sens (700m de dénivelé).

IMG_3078.JPG

Darbounouse

Lien vers l’itinéraire: https://www.komoot.com/tour/14708219

Accès au Col de Menée:

On arrive en TER à la gare de Clelles-Mens. Puis nous avions réservé un taxi jusqu’au Col de Menée (Taxis Dubourdeaux: 04.76.34.68.76, ponctuel, sympa et grand coffre pour le matos). Le coût important du taxi (80€) s’amortit vite à 3 ou 4. Il est peut être possible d’éviter le taxi en s’approchant en bus depuis Die puis de rejoindre le massif en marchant.

Départ de Corrençon-en Vercors:

Plutôt que d’avoir la pression pour avoir le bus à l’issue de notre dernière et longue étape, nous avons choisi d’arriver tranquillement à Corrençon, y dormir une nuit et partir le lendemain. Je recommande le gîte des Hauts Plateaux (15€/pers), très confortable. Il faudra monter au Clos de la Balme (à pieds avec la frontale: 20min ou en stop ;D) pour déguster au Caribou la raclette bien méritée après 4 jours de lyophilisé! Et le restaurant des Hauts Plateaux (à côté de l’auberge) le lendemain midi pour ne pas partir sans goûter les ravioles de Royan!

Le bus part du centre de Corrençon et il est direct jusqu’à la gare de Grenoble. Attention, il faut réserver (en jour ouvré avant 12h la veille) car la portion Corrençon > Villars-de-Lans est en transport à la demande (ligne 5130 puis 5100 à Villars, mais c’est le même bus). Bon à savoir, il existe aussi des navettes gratuites entre Corrençon et Villars en saison (elles ne sont pas synchronisées avec la 5100 vers Grenoble mais bien utiles si on n’a pas réservé le 5130).

Publicités

voyager moins cher en TER

Le TER, c’est pas cher: encore faut-il trouver le tarif approprié dans la jungle tarifaire SNCF. Je viens aujourd’hui d’apprendre une petite astuce, disponible depuis des années mais à laquelle je n’avais jamais pensé jusqu’ici, alors même que le train+vélo est mon moyen de transport principal.

L’astuce est très simple : en Rhône-alpes les tarif ILLICO ETE et ILLICO SAMEDI offrent -40% par rapport au tarif normal, sans carte de réduction, mais à condition de voyager à plusieurs (2 personnes min). Concrètement ça veut dire que tous les jours en juillet-aout et tous les samedi toute l’année on peut voyager à 2  pour à peine plus cher que tout seul, sans aucune carte de réduction (ou à 3, 4, 5, 6,etc. pour moitié prix). L’objectif est évidemment de faire concurrence à la voiture, dont l’intérêt s’accroit avec le nombre de passagers.

Et si on a déjà une carte de réduction? (Jeune, seniors?) Et bien l’été en période « blanche » (quand les trains sont plus chers car il y a plus de monde à vouloir les prendre) il vaut mieux prendre 2 tickets  » ILLICO été » (a-40%) que 2 tickets « jeune » à -25%. L’hiver cela ne marche pas car le samedi est toujours entièrement « bleu », mais l’été ça marche tous les autres jours!

Pour les curieux voici un petit tableau récapitulatif des principaux tarifs : en rouge le moins cher pour quelqu’un qui possède une carte de réduction « nationale ».

carte-des-tarifs-sncf

Dernière question, non des moindres : sur les machines bleu de vente de tickets où se trouve le bouton pour acheter ILLICO sans carte?

Réponse: Il faut cliquer sur « ILLICO évènements » dans la colonne de gauche au moment du choix de tarif (3ème ligne en partant du bas).

img_20160827_125113

Sinon, si vous voyagez souvent tout seul, les cartes ILLICO liberté de la région ne coutent que 30€, c’est vite rentable.

Bon voyage!

Lyon-Chamonix en bus rapide

aiguille_du_midi_12

Ce n’est un secret pour personne : pour le trajet Lyon-Chamonix le train n’est pas très rapide. La faute aux rails de la vallée de l’Arve qui n’ont jamais été améliorée par rapport à leur construction en 1890 (126 ans déjà).

C’est pourquoi des bus ont été mis en place cette année entre Lyon et Chamonix. Ils permettent de partir tôt le matin de de rentrer tard le soir. Ils sont plus rapides que le train, moins cher que le covoiturage (!) et surtout ils permettent de finir sa nuit entre 6h45 et 10h le samedi.

Comme ils ne sont vraiment pas faciles à trouver sur internet je vous mets les horaires d’été ici :

http://www.chamonix.com/pdf/horaire-lyon-pmb.pdf

http://www.chamonix.com/pdf/isibus-lyon-chamonix.pdf

Une fois à Chamonix tout est possible : le téléférique de l’aiguille du midi, le train du montenvers, le bus vers le col du Montet, etc. Je n’ai pas de rando à proposer autour de Chamonix, mais n’hésitez pas à aller voir sur camptocamp, ce n’est pas les itinéraires (avec accès en transport en commun) qui manquent.

Ici le plan du réseau de bus une fois sur place :

http://www.chamonix.com/pdf/chamonix-bus-guide-ete-2016.pdf

Si vous dormez dans un hôtel, un camping ou autre un ticket de bus illimité est généralement compris dans le prix.

 

train_montenvers

Marche caritative dans les Monts du Lyonnais

Samedi 11 juin, l’association « un élan pour Lucas » organise une marche caritative dans la campagne autour de Saint-Denis-sur-Coise au profit de personnes atteintes de tumeurs rares.

Je vous laisse découvrir leur site internet qui explique le pourquoi de cette association et l’objectif de la marche.

http://unelanpourlucas.strikingly.com/#son-histoire

Il y aura plusieurs parcours possibles :

  • 3 km : 5€ (circuit accessible aux poussettes/ bambins/ personnes âgées) (Circuit ouvert de 8h à 17h)
  • 8 km : 5€ (Dernier départ à 15h)
  • 16 km : 7€ (Dernier départ à 13h)
  • 24 km : 8€ (Dernier départ à 11h)

Dans le prix d’entrée sont compris les ravitaillements sur les plus grands circuits et le repas à l’arrivée.

N’hésitez pas à ramener tous vos amis ! Lucas n’ayant pas pu bénéficier de recherche scientifiques contre son cancer l’ensemble des bénéfices obtenus lors de cet événement, seront reversés au profit de l’association AMARAPE, Association contre les maladies rares du péritoine afin de permettre à la recherche d’avance et d’aider d’autres malades à s’en sortir.

Comment s’y rendre depuis Lyon ?

Prenez le car du Rhône  2EXà Gorge de Loup, il y en a un toutes les heures. Vous pouvez mettre votre vélo en soute, il vous sera utile pour rejoindre le départ des parcours depuis l’arrêt de bus (3 km).
marche horaires bus
Depuis la ZI de Saint-Symphorien-sur-Coise il vous reste à suivre une petite route de campagne sur 3 km (en vélo c’est donc très facile) pour rejoindre le complexe sportif de Saint-Denis-sur-Coise d’où partiront les parcours de la marche.
plan st denis sur coise

Les gorges de la Cance

IMG_20160424_144458

La Cance coule depuis les monts d’Ardèche vers le Rhône, qu’elle rejoint au niveau de Saint-Vallier (entre Vienne et Valence). La Cance coule au fond d’une gorge boisée et sauvage. Sur place n’y a pas vraiment de chemin pour marcher, mais la petite route très peu fréquentée est le support idéal pour une après-midi tranquille à vélo.

IMG_1312

L’avantage de cette sortie, c’est surtout l’accès très rapide depuis Lyon : Direct en TER au départ de Part-Dieu, Perrache ou Jean Macé jusqu’à Saint-Vallier (48 minutes de trajet).
Les trains sont assez fréquent (toutes les heures le dimanche soir) donc c’est pratique pour une petite sortie.

La route est ouverte aux véhicules motorisés, mais heureusement il y en a très peu : le dimanche entre 14h et 17h nous avons croisé environ 10 voitures, 15 vélos, 1 scooter et quelques groupes de piétons. Il y aurait peut-être eu plus de monde s’il avait fait plus beau, car il s’agit surtout de pécheurs et promeneurs à pied qui viennent en voiture. En tout cas tous ceux que nous avons croisés roulaient a des vitesses raisonnables (30km/h peut être) et j’espère que c’est toujours le cas (prudence quand même dans les virages à visibilité réduite!).

La route est plate, ou plutôt légèrement orientée à la montée, mais de manière presque insensible. Enfin, cerise sur le gâteau, la vallée est orientée est-ouest donc on peut s’y promener tranquillement et agréablement même quand le vent froid du nord souffle sur la vallée du Rhône, ce qui était le cas quand nous y étions!

IMG_1343
La roche Péréandre, destination de cette sortie

La carte de l’itinéraire est disponible ici :

https://www.komoot.de/invite-tour/8725093?code=8d2cu-xzEAquLH98vabaHYGPvZPPrg6zl3_h49nAEwyhgvOGc

Comme d’habitude à vélo, ce qui pèche ici c’est la « marche d’approche » entre la gare de Saint-Vallier et le début des gorges proprement dites :

  1. A l’arrivée il faut porter le vélo dans les escaliers pour quitter le quais :/ Astuces: prenez directement la sortie sur la route  gauche (sans monter tout en haut de l’escalier), la route rejoint ensuite un pont sur les rails.
  2. Sur le pont du Rhône, il faut prendre soit la route soit le trottoir 😦 avec le vent qui peut déstabiliser).
  3. Dans Sarras il faut suivre les panneaux « via Rhona » et utiliser le réseau de petites rues, c’est franchement plus sympa que la rue principale (même si la rue principale reste globalement ok).
  4. Une fois passé Sarras et le pont sur l’Ay, je propose de continuer par une petite route sympa, entre le rhone et la D86. Malheureusement il faut traverser la D86 dans un sens… puis dans l’autre au niveau des gorges de la Cance. ça peut être difficile vu qu’il n’y a aucun passage piéton et que les voitures sont nombreuses et rapide. S’il y a trop de voitures et que vous ne trouvez pas de créneau pour traverser, alors longez la D86 sur l’espèce de piste cyclable qui y a été construit. Y rouler sur 1200m est franchement peu intéressant et un peu stressant (entre les voitures qui passent à 90km/h sur notre droite et les chien qui aboient dans les maison sur notre gauche), mais au moins on ne traverse pas la rue et, objectivement, on est en sécurité totale (une bordure sépare la piste cyclable et la route).
  5. Mais ne vous laissez pas décourager par ces 2000 1er mètres, promis la suite vaut vraiment ces efforts 🙂 En plus au retour la route arrive directement au niveau du quai de la gare, sans marche ni porte ni escalier (prendre à gauche au rond-point juste après le pont).

Dernière chose, si vous n’avez pas de vélo ou si vous préférez marcher, vous pouvez aussi prendre un car TER jusqu’à Annonay (50 minutes depuis la Part-Dieu) et marcher jusqu’à la Roche Péréandre: normalement c’est sympa aussi! Si vous faites ça faites moi un retour!

IMG_1334

IMG_20160424_134532

 

 

 

Le plateau du Revard

IMG_6075Surplombant le lac du Bourget, le plateau du Revard présente un vaste domaine de ski nordique (150km de pistes!), ainsi que quelques pistes de ski alpin. Les pistes serpentent entre les sapins et si vous aimez le ski de fond, c’est une très bonne station: l’enneigement est généralement au rendez-vous et les pistes sont de bonne qualité.

Accéder à la Féclaz est plus long qu’accéder au Bessat, mais le domaine est beaucoup plus grand. L’ambiance à la Féclaz est plus « sportive » que « nature », donc pour les débutants ou les romantiques, je conseille plutôt d’aller skier au Bessat (s’il y a de la neige au Bessat): c’est beaucoup plus petit, mais beaucoup plus tranquille!

Il est possible, au départ de la Féclaz, de louer des skis et de laisser des affaires à la consigne de l’office de tourisme. De nombreux refuges et bars, bancs extérieurs et salles hors sac sur les pistes permettent d’y passer une journée agréable par tous les temps.

IMG_6088

Abri pour le pique-nique (s’il fait vraiment froid il y a aussi des salles hors-sac)

Le domaine skiable s’appelle le « domaine nordique de Savoie grand Revard » et est constitué de 3 villages :

  • la Feclaz,
  • le Revard,
  • Saint-François de sales.

On accède au domaine :

  • via la gare d‘Aix-les bains et le bus C7 du réseau « Belle Savoie Express« 
  • Ou via la gare de Chambery avec les navettes Stac.

Cet hiver (2015), je conseille : Pour une bonne journée :

  • prendre le train de 8:50 à la part-dieu, descendre à 10:16 à Chambery,
  • puis bus de 10:45 arrivée 11:30 a la Féclaz.

Pour une petite journée, samedi ou dimanche:

  • prendre le train de 10:50 à la part-dieu, descendre à 12:16 à Chambery,
  • puis bus de 12:25 arrivée 13:10 à la Féclaz.

Dans les deux cas le retour se fait :

  • par le bus de 17:30 à la Féclaz arrivée 18h15 à Chambery,
  • puis train de 18h39, arrivée 20:10 à Lyon.

Bon ski!

IMG_6082

Le Bessat/ La croix de Chaubouret

IMG_3223

Au cœur des Monts du Pilat se trouve une petite station de ski de fond! Les 4 pistes sont entièrement dans la forêt, mais avec plusieurs points de vues dégagées sur les collines du Pilat.

Lorsque nous y sommes allés cet hiver, la neige venait juste de tomber et recouvrait tous les sapins. Toutes les collines autour étaient entièrement enneigées, c’était superbe. Nous avons loué le matériel à l’auberge de la Croix de Chaubouret qui possède une énorme réserve de matériel. Le bus s’arrête juste devant l’auberge et les pistes sont juste derrière.

En détail, nous avons:

  • skié sur une boucle de 16km (C’était la plus grande boucle, la plus petite fait 3 km);
  • acheté le forfait 5€, et loué les ski 10€ environ;
  • Bu un super chocolat chaud à l’auberge après le ski, en attendant le bus du retour;
  • Pris le train à Lyon vers 11h du matin, et sommes rentrés chez nous vers 20h.

Accès:

  • TER Lyon-Saint Etienne. Certains partent de Perrache, d’autres de Part-dieu, c’est pratique mais il ne faut pas se tromper!
    Descendre à « Saint Etienne Bellevue » après une bonne heure de trajet (Attention, il ne faut pas descendre à la gare principale qui est « Saint-Etienne Chateaucreux »).
    Le TER passe toute les heures environ, même le dimanche.
  • Puis bus TIL 102 Bellevue-La croix de Chaubouret.  Descendre au terminus après 35min de trajet: c’est là!
    Il y a trois bus par jour le samedi, et deux le dimanche.

 

Le mont Luisandre et le chateau des Allymes depuis Ambérieu

  Allymes (3)
Le plateau du Bugey

Il s’agit d’une petite randonnée d’une demi-journée, accessible en train très rapidement, donc bien pratique en automne quand les journées sont courtes!

Le chemin est forestier pendant toute la première partie de la rando, où l’on monte sur le plateau du Bugey via une vallée boisée. Une fois arrivée sur le plateau les arbres s’éclaircissent et font place à quelques prés très bucoliques où paissent les chevaux : on se sent vraiment loin des villes! Enfin, on arrive a châteaux des Allymes sur le sommet d’une colline et au petit hameaux qui l’accompagne. Depuis le château, la vue porte sur toute la vallée du Rhône et sur les collines boisées du Bugey.

Ceux qui ne sont pas fatigués pourront monter au mont Luisandre, qui domine le château des Allymes. Les autres iront faire une pause dans le petit bar/crêperie du hameau.

Allymes (7)

Caractéristiques de la rando :

  • 3.5 km de vélo dans Ambérieu (15-20min) jusqu’au lac bleu (point 5 sur la carte)
  • 14 km à pied pour une boucle allant du lac bleu au château des Allymes, puis au mont luisandre, puis retour au lac (+700 et -700 m de dénivelé donc compter 4-5h pour l’aller-retour du mont luisandre et 3-4h pour l’aller-retour depuis le chateau).
  • pour terminer retour à la gare depuis le lac bleu (15-20 min)

Chateau des allymeshttps://www.komoot.de/tour/4796670

Allymes (2)Le lac bleu est derrière cette petite retenue d’eau

Pour s’y rendre :

  • TER direct jusqu’à Ambérieu (24 minutes depuis la part-Dieu). Très rapide, et très pratique aussi puisque le TER passe généralement toute les 30 minutes.
  • Puis 15-20 min de vélo pour arriver au lac bleu, au pied de la colline. (Suivre la direction « Vareilles« .) Je ne sais pas si on peut y attacher son vélo où s’il vaut mieux s’arrêter un peu avant. C’est faisable aussi a pied mais c’est un peu plus long (45 min?).

Allymes (6)

Les gorges de l’ardèche

Ardèche (5)

Les gorges de l’Ardèche sont sans conteste l’une des merveilles de ce monde. Les falaises blanches sont l’écrin qui met en valeur l’eau claire et chaude de la rivière. La foret de chênes verts s’étend de tous cotés et on y ressent, luxe suprême, la paix d’une nature préservée.

Ardèche (7)Longue de 32 km, la partie sauvage des gorges se traverse en deux jours en suivant la rivière, en kayak ou à pied. J’ai essayé les deux, aussi je vous mets en garde : en kayak c’est facile, mais à pied c’est techniquement difficile et surtout très long! je recommande donc se laisser aller, avec les autres, aux plaisirs du kayak et de l’eau.

Pour dormir, il faut bivouaquer dans une des deux zone autorisée, gérée par la réserve naturelle. Réservation obligatoire et alcool interdit, pour préserver le site et le sommeil des 500 personnes avec qui l’on partage la zone de bivouac (oui, c’est beaucoup. Mais la zone est grande).

Ardèche (8)

Il y a 2 possibilités pour rejoindre Vallon-Pont-D’arc où commence la rando et où peuvent se louer les kayaks :

  • Possibilité 1 : la SNCF propose des tickets Lyon -> Vallon-Pont-d’arc en TGV+car. temps de trajet environ 3h30.
  • Possibilité 2 (Juillet Aout seulement) : prendre le TER de Lyon à Pierrelatte (1h43) puis  la ligne n°22 du réseau « le sept » jusqu’à Vallon-Pont-d’arc (1h10 minutes environ). Pour l’été 2015 c’était plus rapide et moins cher que l’option TGV.

C’est long, parce que c’est loin, quelque soit le mode de transport! Et croyez moi, ça le vaut bien!

Ardèche (1)En ce beau dimanche de juillet, il y a du monde sur l’eau! mais les kayaks ne sont pas bruyants, et les gorges redeviennent calmes passé les premiers kilomètres.

Après la descente des gorges, on arrive au soir du 2ème jour à Saint-Martin D’Ardèche. Si vous avez loué un kayak, le loueur vous y attend pour vous ramener à Vallon Pont d’arc (1h de camionnette) d’où vous pourrez repartir comme vous êtes venu.

Mais, plutôt que de faire ce détour inutile de 100km par Vallon Pont D’arc, je vous conseille plutôt de rejoindre la plus proche gare depuis Saint-Martin d’Ardèche par la ligne 20 du réseau « le sept » jusqu’à Montélimar (1h de trajet environ) où vous pourrez prendre le TER pour Lyon (1h30) : on gagne ainsi beaucoup de temps.

Si vous repartez le dimanche la ligne 20 ne circule pas : prenez simplement un taxi de Saint-martin d’Ardèche à Pierrelatte (20km, 20 minutes de trajet et 30€ environ) ou faites du stop. Nous avons fait du stop et en 40 minutes nous étions à la gare. Comme à l’aller, le TER met 1h43 pour rejoindre Lyon depuis Pierrelatte.

Cette solution suppose que vos affaires de rechange ne soient pas restées à Vallon pont d’arc : Notre loueur à bien voulu nous amener nos affaires de rechange à l’arrivée lorsqu’il vient chercher les kayak car nous en avions convenu avant de louer.

Si ça vous paraît trop compliqué il est bien sur possible de rentrer à Vallon-Pont-D’arc comme tout le monde, c’est simplement plus long.

Ardèche (2)Passager clandestin sur mon beau kayak rose