Les lacs du massif de Belledonne

Il s’agit d’une randonnée d’altitude assez connue, déjà abondamment décrite notamment sur Camptocamp ici. Son point fort : de très nombreux lacs, des pics découpés, des glaciers, de beaux points de vues, mais des dénivelés qui reste très abordables.

1212439309_1127526729bi
Ruisseau du Doménon, photo Camptocamp

Jour 1 (samedi, en 2019)

Prendre le train à 10h14 à Part-Dieu, arrivée Grenoble 11h35. Enchainer avec le transisère 6010 de 12h20, arrivée 13h37 à Chamrousse « 1650 le recoin ». Reste ensuite environ 4h de marche jusqu’au refuge de la Pra, dénivélé +650 et -200. La marche est aérienne, donne de beaux points de vue et permet d’arriver à temps pour le diner. On croise dans l’ordre les lacs Roberts, lac Léama, lac longet, lac claret. Ne pas hésiter à aller voir après le refuge le lac Doménon.

jour 1a
Cliquez sur la carte pour le lien version « courte journée »

L’autre possibilité (pour les lève-tôt qui veulent profiter de leur journée): Prendre le Flixbus à 5h30 à Perrache. arrivée 7h à Grenoble. Enchainer avec le transisère 6010 de 7h25 qui arrive à 8h37 à Chamrousse « 1650 le recoin ».
Cela permet de descendre juste avant Chamrousse à 8h07 à l’arrêt « les Seiglières » et de monter par un chemin d’approche plus long (dénivelé +1000m) mais qui permet de profiter de la cascade et des prairies humides de l’Oursière.

jour 1 diffi
cliquez sur la carte pour le lien version « longue journée »

img-20180717-142905_orig
Lac Doménon, à coté du refuge de la Pra. Photo du site du refuge.

Jour 2 (dimanche en 2019)

Le retour à Chamrousse s’effectue par un chemin différent de l’aller, qui permet d’aller voir le versant Est du massif de Belledonne. Encore plusieurs jolis lac (David,  Robert, Achard) pour cette  journée.

On arrive finalement à Chamrousse arrêt « Béranger 1750 » pour prendre le bus de 18h35.
Arrivée 20h à Grenoble puis TER de 20h22, arrivée Lyon 21h45.

jour 2
cliquez sur la carte pour le lien version « longue journée »

 

lac_achard_2
Lac Achard, photo wikipedia

Jour 3 (optionnel)

L’idéal est d’effectuer cette randonnée en juillet ou au aout, ou pendant un pont de mai ou juin. Pendant ces périodes il est possible de rester 3 jours au lieu de seulement 2, ce qui permet de monter à la croix de Belledonne ou un autre pic pendant la journée supplémentaire.
En effet Chamrousse n’est desservi en bus que pendant les weekends, les jours fériés et les vacances d’été car c’est une destination touristique avant tout. Alors que pendant  l’été le Transisère 6010 part de Grenoble à 12h20 tous les jours (comme il le fait les samedi pendant l’année). Le bus pour redescendre est à 17h à Chamrousse.
Pendant les jours fériés les bus circulent comme si c’était un dimanche.

jour intermédiaireitinéraire pour le jour supplémentaire, Cliquez sur la carte pour le lien GPS

Hors vacances et jours fériés l’accès le plus proche est alors la mairie de St-Martin d’Uriage accessible par le Transisère 6051. Il faut alors compter +1500m de dénivelé pour le refuge de la Pra: ça reste faisable.
Dernière solution si tout ce qui précède ne vous va pas : un bout de taxi entre la gare de Gière université et les Seiglières ne dure que 20min pour 15km. C’est interessant si l’on considère que ça permet de faire les 120 premiers kilomètres en train (Et oui c’est loin Grenoble) et de revenir éventuellement par le Transisère 6010+le train.

edouard_brun2c_le_lac_merlatEdouard Brun, le lac Merlat, (source Wikipedia)

OLYMPUS DIGITAL CAMERALac du Crozet (photo Camptocamp)

 

 

L’alpe de Villar d’Arène et le glacier d’Arsine

En deux mots : une randonnée qui serpente entre les glaciers tout en restant plutôt facile (bons chemins, dénivelé modéré, une nuit en refuge).

Accès un peu long depuis Lyon (4h) mais c’est normal, c’est loin : le bus LER35 prend l’itinéraire le plus direct et ne s’arrête quasiment pas, la seule perte de temps par rapport à la voiture, c’est la correspondance à Grenoble.

La rando part du fameux Col de Lautaret (celui du tour de France)! On sort du bus directement dans le vif du sujet, à 2058m.

IMG_2150Juste après le col du Lautaret, la vue est déjà sympa

Un beau chemin en balcon, quasiment plat, permet d’arriver au refuge de l’Alpes de Villar d’Arène ou l’on passe la nuit.  Pour une famille le refuge de la chamoissière semble bien aussi. Le trajet n’est pas très long jusqu’au refuge, si vous n’êtes pas fatigués en arrivant je vous conseil de remonter la rivière jusqu’aux sources de la Romanche, vue sur les glaciers garantie.

IMG_2208Source de la Romanche au mois de juin

carte du 1er jourItinéraire 1er jour : cliquez pour ouvrir ou télécharger la carte.

Le lendemain est une journée plus longue. D’abord on monte (tranquillement, il n’y a que 500m de montée) jusqu’au lac glaciaire d’Arsine. C’est froid: le glacier trempe vraiment dans le lac).

glacier d'arsineLac d’Arsine au moins de juin

On redescend ensuite vers le Monetier-les-bains (1000m de descente, sans être excessif ça réveil quand même les genoux) pour y reprendre notre bus LER35 en fin de journée.

carte-lac-darsine.png
Itinéraire jour 2 : cliquez sur l’image pour ouvrir la carte de l’itinéraire (téléchargeable sur votre téléphone).

Pour cet année 2018 :

Le samedi à l’aller inutile de se lever trop tôt: le 1er bus LER35 est à 11h15 à Grenoble. Pour l’avoir il faut prendre le train de 9h14 à la Part-Dieu, ce qui nous laisse une correspondance confortable de 35 minutes à Grenoble.
Arrivée au col du Lautaret vers 13h : le 1er jour est une petite randonnée (mais très belle néanmoins).

Pour le retour le dimanche  le LER35 est à 18h01 au Monetier (église). Il arrive à Grenoble à 20h15, ce qui permet de prendre soit le TER de 20h22 pour une arrivée à Lyon à 21h54. La courte correspondance ne pose pas de problème si vous ne trainez pas pour récupérer vos bagages en soute. Au pire il y a un autre TER à 21h22 et ça vous laisse le temps d’aller manger quelque chose à Grenoble.

CONSEIL 1 : c’est mieux de réserver un siège sur internet pour le LER35 ici. La réservation est gratuite, on paie ensuite sur place auprès du chauffeur.

CONSEIL 2 : le ticket LER35 est assez cher (33€/personne Aller-Retour). Si vous êtes plusieurs prenez une carte ZOU à 15€ : elle vous donne 50% de réduction ainsi qu’à 3 accompagnants, elle est donc rentable dès 2 personnes. Il faut la commander en ligne au moins 15 jours à l’avance car elle arrive pas la poste. Une fois que vous l’avez vous pouvez acheter votre ticket dans le bus à -50%.

CONSEIL 3 : si vous habitez proche de Perrache c’est sans doute plus simple de prendre un bus pour le retour Grenoble->Lyon. Les bus circulent surtout tôt le matin (6h-7h) et tard le soir(20h-21h), il faut réserver à l’avance sur internet  www.comparabus.com.

torrent d'arsineLa Romanche peu après sa source

De Die à Clelles: La petite traversée du Vercors en 2 jours

Mon avis? Il s’agit tout simplement d’une des meilleures randonnées des Alpes. On traverse le Vercors dans sa petite largeur, sur deux jours. C’est à distance très raisonnable de Lyon (2h à 3h de train selon les horaires choisis) et les chemins de randonnée partent directement des gares.

Ce qui la rend unique, c’est la diversités de paysages traversés: un peu de paysages cultivés, très vite la forêt sèche ou poussent thym et lavande, puis une autre forêt moussue et luxuriante, qui débouche sur plus passages d’éboulis et de falaises. Enfin, sur tout en haut il y un peu de verts alpages mais surtout l’immensité de cette étrange prairie parsemée de pins qui recouvre les hauts-plateaux du Vercors.

La faune est à l’avenant : en deux jours nous avons vu chevreuils, chamois, écureuils, serpents, marmottes, vautours …

carte komootCarte de l’itinéraire disponible ici au format Google (téléchargeable au format KML) ou ici au format Komoot, qui connait plus de sentiers et indique mieux les temps de parcours.

La première journée : une grande montée (+1250m de dénivelé) jusqu’au Col des Bachassons.

En sortant de la gare de Die, il ne faut pas plus de 10 minutes pour sortir de la bourgade et se retrouver sur un très joli chemin, qui va traverser la campagne pendant 5km jusqu’au très mignon hameau de Romeyer. Ensuite commence la montée dans un paysage qui devient de plus en plus forestier.

La partie forestière de la montée est longue (800m de dénivelé sous les arbres), je conseil donc de faire la pause déjeuner soit au bord du torrent près de Romeyer, soit dans l’unique clairière a mi-pente qui offre un petit panorama.

P1470349Nous sommes au pied de la montée: l’objectif est en haut!

P1470346Vue depuis la clairière à mi-pente. Solitude garantie dans cette vallée ou la forêt s’étend à perte de vue.

P1470338La forêt fait place aux éboulis et aux falaises  : le col de Bachassons, frontière entre la Drome et l’Isère, est juste devant. Le chemin est impressionnant mais ne pose pas de difficulté technique en été.

P1470330Vue impressionnante depuis le Col de Bachassons coté falaises. Il y a des vautours!

L’emplacement de bivouac est juste après le col de Bachassons : il y a une source, une superbe vue sur les hauts-plateaux, une cabane habitée par un berger et un enclos avec des moutons. Ne dérangez pas les moutons ni le berger et vérifiez avant de partir si la source coule ou pas sur le site du parc naturel . Ne pas confondre « col des Bachassons » (notre source) avec « Pas des Bachassons » qui est à l’autre bout du Vercors. Lorsque j’y étais la source coulait suffisamment pour remplir nos gourdes alors qu’elle était noté « 1 ». En cas de manque d’eau bivouaquez plutôt à la cabane de Chaumailloux qui est à 1h de marche (c’est une avance sur le lendemain) où la source est souvent plus généreuse. Attention à ne pas salir l’eau des abreuvoirs (par exemple en y faisant de la vaisselle ou en y mettant du savon), les bergers y mènent leurs troupeaux à boire tous les jours.

p1470323.jpgLes moutons viennent boire à la source du col de Bachassons. Derrière, l’infini des hauts-plateaux. Ne vous mettez pas directement près des abreuvoir, vous risqueriez d’avoir (beaucoup) de compagnie bêlante le matin…

La deuxième journée : traversée du plateau puis descente (-1000m de dénivelé) jusqu’à Clelles

Le plateau est une sorte de planète qui ressemble à ce que pouvait être le monde avant qu’il soit modifié par les humains. Personnellement j’adore ce dépaysement radical.

On le traverse dans une de ces plus petites largeurs. ça reste grand, mais on va vite sur le plat et le sentier est bon donc il ne faut seulement environ 1h pour arriver à la prairie de Chaumailloux puis au pas de l’Aiguille.

P1470294Le haut-plateau du vercors, jusqu’à l’horizon.

P1470284Prairie des Chaumailloux avec la silhouette unique du mont Aiguille en arrière-plan

37213211_10156569020212090_9197261045171748864_nVue depuis le pas de l’aiguille

A partir du pas de l’aiguille c’est la fin du haut-plateau: il ne reste plus qu’à redescendre vers Clelles. La vue est superbe tout au long du chemin.

Arrivé en bas le GR traverse prairies et forêts sur environ 6km jusqu’à la gare de Clelles. Le sentier est très beau avec le mont Aiguille à notre gauche et les falaises à droite. On traverse le hameaux de Chichilliane qui a une fontaine potable et un bar/restaurant (si vous faites une pause sachez qu’il reste 1h-1h30 de marche jusqu’à la gare).
La gare du Clelles est un peu éloigné du village donc il n’y a rien à manger/boire mais on y est tranquille et le paysage est sympa.

P1470240Le pas de l’aiguille vu d’en basP1470231Sur le dernier kilomètre le chemin est un peu difficile à trouver: le GR officiel plonge au fond de la vallée en suivant le torrent mais il faut remonter raide pour aller à la gare. La route D7 coupe droit à flanc de coteau mais n’est pas très agréable : a mon avis le meilleur chemin est le petit canal juste en contrebas de la D7 que vous voyez sur la photo.

Informations détaillées de transport

Dans le sens Die -> Clelles présenté dans l’article, pour cette année 2018 :
C’est le sens que je conseille car il permet de monter au frais dans la forêt et de descendre avec la belle vue sur le mont Aiguille.

A l’aller le samedi : 9h20 départ Part-Dieu, arrivée Die 11h33 avec correspondance à Valence (trajet 2h13, c’est très rapide). Sinon il y a aussi des départs à 6h20, 7h20, 10h20 mais c’est légèrement plus long car la correspondance est moins bonne.

Au retour le dimanche : 19h17 à Clelles si vous faites une sieste ou un pic en extra par rapport à l’itinéraire de base, arrivée 22h46 Part-Dieu (un peu long). Si vous êtes rapides ou que vous partez tôt, vous avez aussi des départs à 12h39 et 14h45 pour une arrivée à Lyon à 15h46 ou 17h46 après une correspondance à Grenoble (3h de trajet).

Si vous voulez le faire dans l’autre sens (Clelles -> Die) : ce sens est plus pratique en ce qui concerne les transport. A choisir pour les stressés du train.

  1. A Die le dimanche il y a des départs pour Lyon à 14h30, 16h30, 17h52* et 18h30. C’est mieux que seulement 14h45 et 19h17!
  2. Il faut seulement 2h36 pour aller à Clelles et 2h13 pour revenir de Die.
  3. L’heure d’arrivée à Clelles est idéale (10h50) sans se lever trop tôt (départ 8h14 de Part-Dieu)

*Attention pour le train de 17h52 le site SNCF n’affiche que la correspondance à Valence TGV (avec un TGV pour Lyon), alors qu’il est moins cher de changer à Valence ville avec un TER Valence-Lyon (il y en a quasiment toute les 15 minutes).

PS : Pour payer moins cher pensez au tarif Illico.

Ascension du Mont Thou

Cette balade familiale (9,5 km, +400/-400m de dénivelé) vous emmène à la découverte du Mont Thou, qui offre une vue imprenable sur Lyon et la plaine du Rhône. Elle est très facilement accessible en train et en transports en communs (réseau TCL). Le parcours emprunte surtout des chemins ruraux et forestiers, avec quelques passages possibles par les villages des Monts d’Or (Neuville, Curis, Couzon). Dépaysement garanti à seulement 12 minutes de Lyon ! 😉

Panorama depuis le Mont Thou

Comment s’y rendre ?

Depuis la gare de Vaise ou de Lyon Part-Dieu, on prend le train jusqu’à la gare d’Albigny-Neuville ; le trajet est très rapide : moins de 12 min depuis l’une ou l’autre gare. La fréquence des trains est d’environ 1 train par heure. Calculez bien votre itinéraire sur le site ter.sncf.com. Bon à savoir : Neuville-sur-Saône est également accessible en TCL, mais le trajet est un peu plus long (comptez 30 à 40 minutes depuis la gare de Vaise, via le bus 43).

La gare d’Albigny-Neuville

Afin d’enrichir la balade et d’éviter de revenir sur ses pas, il est possible de rentrer par la gare de Couzon-au-Mont-d’Or. Comptez alors seulement 8 minutes en train pour revenir à Lyon, ou 17 min en bus TCL. La descente prend une bonne heure et réserve quelques jolies surprises : anciennes carrières des Torrelles, source du Rochon… Par ailleurs, Couzon est une petite ville pleine de charme qui mérite le coup d’œil, et pourquoi pas un apéro bien mérité 😉

De belles surprises vous attendent si vous descendez par Couzon-au-Mont-d’Or, comme le site des anciennes carrières de Torrelles.

L’idéal est de partir le matin pas trop tard (vers 10h) et de pique-niquer au sommet du Mont Thou, avant de redescendre vers Couzon. Comptez ainsi 4-5h de balade à rythme très tranquille, sieste digestive comprise.

La carte de l’itinéraire :

(Vous pouvez télécharger le fichier KML en ouvrant la carte en plein écran.)

Description détaillée de l’itinéraire

Depuis la gare d’Albigny-Neuville, vous avez deux choix : entamer directement la randonnée ou faire un crochet par Neuville-sur-Saône, à 10 minutes à pieds de la gare. Malgré une entrée de ville un peu hostile (la départementale 433), Neuville mérite vraiment le coup d’œil, notamment pour son centre piéton et sa très jolie église en pierre dorée. Vous y trouverez par ailleurs de nombreux commerces ; parfait pour prendre un café de mise-en-route, voire acheter quelques victuailles pour le pique-nique !

L’église de Neuville-sur-Saône.

Depuis la Gare d’Albigny-Neuville, prenez la montée sur votre gauche (Route des Monts d’Or) et continuez pendant 10 min jusqu’à l’embranchement avec la Rue de la Mairie. Prenez celle-ci jusqu’au village de Curis-au-Mont-d’Or.

Curis-au-Mont-d’Or

Tournez à gauche après l’arbre (Rue du Beyrion). Ça commence à monter…

À l’embranchement, prenez à gauche vers la Rue du Bois des Cieux. On commerce à sortir de la ville…

On y est.

Au prochain embranchement, prenez le chemin de terre vers « Chabut » tel qu’indiqué sur le panneau de randonnée.

La forêt commence…

Vous passez une clairière (zone de servitude des pylônes électriques) puis vous débouchez sur une route goudronnée : prenez à droite jusqu’au lieu-dit « Croix Vitaise ». Ici, prenez sur votre gauche un petit escalier aux marches de bois qui rejoint la forêt.

Après le champ, vous parvenez à un embranchement : prenez le chemin montant (itinéraire balisé).

Vous rejoignez un chemin plus important, continuez tout droit.

Au panneau, suivez « La Crête ». L’ascension finale commence…

Avant l’arbre, prenez le petit chemin à droite (pas le plus large) :

Vous parvenez en haut du Mont Thou. Prenez un moment pour admirer la vue, pique-niquer et vous reposer un peu. Une petite sieste digestive est recommandée avant d’attaquer la descente… 😀

Lorsque vous vous sentez prêt(s), repartez vers le petit chemin d’où vous êtes venus, mais bifurquez avant sur la droite, vers le Chemin avec la Saône en arrière-plan.

Celui-ci.

Il se sépare en deux quelques mètres plus loin : suivez la courbe à gauche longeant la forêt :

Le chemin tourne ensuite à droite vers la forêt : engouffrez-vous dedans.

À la bifurcation, prenez le petit chemin à gauche.

Vous tombez sur un plus gros chemin, À la croisée de plusieurs autres. Prenez le sentier descendant en face, à droite après le vieil érable :

Par ici.

Vous croisez une route (la Route du Génie), traversez-la prudemment.

Le chemin qui suit est très raviné ; attention aux chevilles !

Arrivé en bas, prenez à gauche.

Vous parvenez à un panneau de randonnée : suivez Couzon-au-Mont-d’Or sur le panneau du Grand Lyon (et non « Couzon » indiqué sur la plaquette du petit piquet).

Après la barrière, vous tombez sur une route déclassée (Chemin du Tignot). Prenez à droite ; il faut descendre quelques mètres pour trouver un petit escalier descendant dans le fond du vallon… C’est par là ! Attention aux chevilles.

C’est la partie la plus insolite de la balade… Le chemin est très encaissé et serpente dans le creux d’un vallon sec ; notez toutefois l’humidité de l’air, la mousse (qui recouvre tout) et les tapis de muguet, qui apprécie la fraîcheur ombragée de ce genre d’endroit.

Des murets de pierres et de petits monticules vous indiquent que vous êtes dans une ancienne carrière : c’est le site des Torrelles, comme vous l’indiquent plus bas les panonceaux du « Conseil Général du Rhône ». Vous pouvez ignorer leur avertissement lugubre et passer sous le tunnel… sans faire de bruit… ou contourner par les marches d’escalier situées sur votre gauche.

La mousse, le tunnel… Il y a un petit côté « Voyage de Chihiro »… 😉

Continuez à descendre. Les premières maisons apparaissent bientôt, notez la source du Rochon sur votre gauche. L’eau a un goût bien particulier mais tout à fait rafraîchissant.

En tombant sur la route, traversez et continuez immédiatement tout droit par le chemin enherbé. Prenez ensuite à droite puis à gauche vers la Route de Tignot. Puis Jacques Jarnieux.

Prenez la voie verte à gauche après le vieux poste incendie. Le chemin est assez pittoresque mais… attention aux serpents ! Ils ne sont pas dangereux 🙂

Arrivé dans le bourg, prenez tout droit Rue de l’Ecoran. Traversez la voie ferrée puis tournez à gauche. Continuez tout droit jusqu’à la gare. Si vous avez le temps, engagez-vous plutôt dans le rue piétonne Philibert Guillard (très joli hameau), puis tournez à droite par le double-sens cyclable pour aller saluer la Saône, le barrage de Couzon et le « pont des casseroles » (le passage des véhicules y fait un vacarme permanent).

La gare de Couzon n’est pas de la première jeunesse, mais les trains y sont nombreux et ponctuels. La balade se termine ici 😊

Les gorges de la Cance

IMG_20160424_144458

La Cance coule depuis les monts d’Ardèche vers le Rhône, qu’elle rejoint au niveau de Saint-Vallier (entre Vienne et Valence). La Cance coule au fond d’une gorge boisée et sauvage. Sur place n’y a pas vraiment de chemin pour marcher, mais la petite route très peu fréquentée est le support idéal pour une après-midi tranquille à vélo.

IMG_1312

L’avantage de cette sortie, c’est surtout l’accès très rapide depuis Lyon : Direct en TER au départ de Part-Dieu, Perrache ou Jean Macé jusqu’à Saint-Vallier (48 minutes de trajet).
Les trains sont assez fréquent (toutes les heures le dimanche soir) donc c’est pratique pour une petite sortie.

La route est ouverte aux véhicules motorisés, mais heureusement il y en a très peu : le dimanche entre 14h et 17h nous avons croisé environ 10 voitures, 15 vélos, 1 scooter et quelques groupes de piétons. Il y aurait peut-être eu plus de monde s’il avait fait plus beau, car il s’agit surtout de pécheurs et promeneurs à pied qui viennent en voiture. En tout cas tous ceux que nous avons croisés roulaient a des vitesses raisonnables (30km/h peut être) et j’espère que c’est toujours le cas (prudence quand même dans les virages à visibilité réduite!).

La route est plate, ou plutôt légèrement orientée à la montée, mais de manière presque insensible. Enfin, cerise sur le gâteau, la vallée est orientée est-ouest donc on peut s’y promener tranquillement et agréablement même quand le vent froid du nord souffle sur la vallée du Rhône, ce qui était le cas quand nous y étions!

IMG_1343
La roche Péréandre, destination de cette sortie

La carte de l’itinéraire est disponible ici :

https://www.komoot.de/invite-tour/8725093?code=8d2cu-xzEAquLH98vabaHYGPvZPPrg6zl3_h49nAEwyhgvOGc

Comme d’habitude à vélo, ce qui pèche ici c’est la « marche d’approche » entre la gare de Saint-Vallier et le début des gorges proprement dites :

  1. A l’arrivée il faut porter le vélo dans les escaliers pour quitter le quais :/ Astuces: prenez directement la sortie sur la route  gauche (sans monter tout en haut de l’escalier), la route rejoint ensuite un pont sur les rails.
  2. Sur le pont du Rhône, il faut prendre soit la route soit le trottoir 😦 avec le vent qui peut déstabiliser).
  3. Dans Sarras il faut suivre les panneaux « via Rhona » et utiliser le réseau de petites rues, c’est franchement plus sympa que la rue principale (même si la rue principale reste globalement ok).
  4. Une fois passé Sarras et le pont sur l’Ay, je propose de continuer par une petite route sympa, entre le rhone et la D86. Malheureusement il faut traverser la D86 dans un sens… puis dans l’autre au niveau des gorges de la Cance. ça peut être difficile vu qu’il n’y a aucun passage piéton et que les voitures sont nombreuses et rapide. S’il y a trop de voitures et que vous ne trouvez pas de créneau pour traverser, alors longez la D86 sur l’espèce de piste cyclable qui y a été construit. Y rouler sur 1200m est franchement peu intéressant et un peu stressant (entre les voitures qui passent à 90km/h sur notre droite et les chien qui aboient dans les maison sur notre gauche), mais au moins on ne traverse pas la rue et, objectivement, on est en sécurité totale (une bordure sépare la piste cyclable et la route).
  5. Mais ne vous laissez pas décourager par ces 2000 1er mètres, promis la suite vaut vraiment ces efforts 🙂 En plus au retour la route arrive directement au niveau du quai de la gare, sans marche ni porte ni escalier (prendre à gauche au rond-point juste après le pont).

Dernière chose, si vous n’avez pas de vélo ou si vous préférez marcher, vous pouvez aussi prendre un car TER jusqu’à Annonay (50 minutes depuis la Part-Dieu) et marcher jusqu’à la Roche Péréandre: normalement c’est sympa aussi! Si vous faites ça faites moi un retour!

IMG_1334

IMG_20160424_134532

 

 

 

Le mont Luisandre et les 4 chateaux

Il s’agit d’une randonnée relativement longue, mais accessible en train très rapidement :  le train ne met que 23 minutes pour Ambérieu depuis la Part-Dieu et passe toute les demi-heure même le dimanche.

Après une marche d’approche depuis la gare (que je conseille de faire à vélo d’ailleurs) la rando commence réellement en entrant dans le jardin anglais du Château des échelles.

On monte ensuite sur la colline et on arrive assez rapidement aux ruines du Château de Saint-Germain. Le site perché sur un promontoire rocheux dégage un coté mystérieux surtout les jours brumeux.

On continue ensuite par une traversée de foret assez longue, puis les arbres s’éclaircissent et font place à des prairies bucolique, voire sauvages, où paissent les chevaux : on se sent vraiment loin des villes!

NLAR2226

Allymes (3)
Le plateau du Bugey au printemps et en automne

L’étape suivante c’est le châteaux des Allymes, gros donjon carré bien restauré sur le sommet d’une colline. Derrière le château, les 2-3 maisons du lieu-dit « Brey-de-vent », outre leur belles pierres anciennes, présentent surtout l’avantage de contenir une creperie pour une pause de midi bien méritée (car si vous avez fait tout le parcours vous marchez déjà depuis 2-3h).

Après la crêperie, ne vous laissez pas décourager : le clou du spectacle c’est bien la vue sur le château des Allymes depuis le mont Luisandre. La meilleure vue est légèrement au  sud des ruines du chateau de Luisandre. La vue depuis les ruines proprement dit à l’avantage d’être quasiment à 360° sur la vallée du Rhône et les collines du Bugey.

KXLA0969Vue depuis le mont Luisandre avec le chateau des Allymes au milieu de la foret

Allymes (7)

Caractéristiques de la rando :

  • 2 km de vélo dans Ambérieu (7min) jusqu’au Château des échelles (il y a des arceaux pour se garer). A pied c’est environ 25 minutes.
  • 18 km à pied pour une boucle passant par le lac bleu, le château de saint-germain, le château des Allymes, le mont Luisandre, le lac bleu
  • +770 et -770 m de dénivelé donc compter 5h de marche sans compter la pause déjeuner.
  • Puis les 2km de retour vers la gare comme à l’aller.

2019-05-13 19_22_10-Le chateau des allymes depuis Ambérieu _ mountain climbing Tour _ Komoothttps://www.komoot.com/invite-tour/4796670?code=xj38n0-3mKfp6TmrG51Y7eGb96HER27o42LovfcbWeHayBBy7E

Allymes (2)Le lac bleu est derrière cette petite retenue d’eau

 

Allymes (6)

La Pinéa depuis le Col de Porte

IMG_1922

La Chamechaude est le plus grand sommet de la Chartreuse (2000m) et l’un des plus reconnaissable (Vu depuis la mi-pente de la Pinea sur la photo ci-dessus ). Pour en profiter, j’ai préféré grimper sur un petit pic juste en face : la Pinéa (1770m). Depuis la Pinea, la vue est magnifique sur toute la chaîne de la Chartreuse. En contrebas, on voit une vallée couverte de forêts à l’ouest, et une autre avec des prairies à l’est. L’ascension est facile. Le paysage est fait d’arbres et arbustes qui se raréfient au fur et à mesure que l’on approche du sommet.

Le point de départ de la rando est le Col de Porte. Situé assez haut (1350m), c’est le point de départ de beaucoup de randonnées, par exemple vers la Chamechaude.

A partir de la Pinéa, il est aussi possible de continuer sur le chemin qui suit la crête vers d’autres sommets plus arrondis.

Caractéristiques de la rando :

  • Longueur 8km
  • Dénivelé +460m et -460m
  • 4h petites heures de marche
  • Départ de Lyon à 9h, retour vers 20h

col de porte la pinéa - Copie

Accès

  • Prendre le TER jusqu’à Grenoble (trajet 1h20, un TER par heure)
  • Prendre le Bus TAG 62 (réseau de la métropole Grenobloise) jusqu’au col de Porte. Malheureusement, ce car ne se prend pas à la Gare de Grenoble mais à l’arrêt « Notre-Dame-musée », de l’autre côté du centre-ville. Pour le rejoindre, il faut prendre le tramway « B » en direction de Plaine des sports et descendre à l’arrêt « Notre-Dame musée ». Le trajet dure 8 minutes et le tram passe toutes les 8 minutes le samedi, toutes les 15 minutes le dimanche. L’arrêt de Tramway est directement à droite en sortant de la gare.
  • Une fois dans le car, le trajet dure 35 minutes. Il y a 6 départs par jour.

Pour cet année 2019-2020, Le samedi ou le dimanche à mon avis la meilleure combinaison est de prendre le TER à 9h14 à la Part-Dieu, arrivée Grenoble 10h38, puis départ du bus à 11h20 à Notre-Dame musée (42 minutes de correspondance, c’est large) pour une arrivée à 11h55 au départ de rando.

La rando dure 4 petites heure, plus une pause déjeuner, et vous pouvez prendre le bus pour rentrer à 17h10 au col de Porte. 17h40 à Grenoble Notre-Dame Musée, puis 20 minutes de marche et on arrive large pour le train de 18h22 qui nous amène à 19h46 à Lyon.

Si vous marchez vite vous pouvez prendre le bus retour dès 15h45 pour une arrivée 18h46 à Lyon, à l’inverse si vous vous perdez vous pourrez toujours compter sur le bus de 18h30 au col de Porte.

Si vous voulez partir plus tôt vous pouvez aussi viser :

  • le bus de 8h10 en prenant le TER de 6h12 (30 minutes de correspondance, c’est bien) ,
  • le bus de 10h en prenant le TER de 7h14 (mais 1h22 de correspondance, c’est long).
  • Le bus de 10h en prenant le TER de 8h14 (22 min de correspondance, il vous faut un vélo pour parcourir les 1500m jusqu’à « Notre dame musée ») 

PS : au lieu de prendre le tramway on peut aussi traverser le centre-ville de Grenoble à pied. C’est ce que nous avons fait au retour, j’ai trouvé le centre très agréable et très joli. Compter 20 minutes de marche mais prendre 10 minutes de marge pour ne pas rater le bus!

gren

Les Gorges du Bruyant

cascade

Le Bruyant est un petit torrent qui descend sur quelques kilomètres dans une vallée sauvage, boisée et très encaissée. Cette petite randonnée remonte la vallée sur quelques kilomètres. Pour les amoureux de nature, cette balade est un passage obligé !

On arrive ensuite à un point de vue sur la grande vallée où se trouve la route, puis la balade se termine par une marche vers Lans en Vercors à travers forêts et prairies. J’y étais allé en automne il y a deux ans, j’ai rarement vu autant de champignons de toutes sortes !

Caractéristiques en partant de lans en Vercors

  • Longueur 7km
  • Dénivelé +250m puis -250m
  • Durée de la marche : une demi-journée (2 petites heures sans les pauses, mais ce serait dommage !)
  • Départ 10h de Part-dieu, retour 19h.

bruyant depuis lans en vercors petit

Accès

Prendre le TER à la gare Part-dieu jusqu’à Grenoble (1h20 de trajet, il passe toute les heures).

Prendre le Car Transisère 5100 à destination de Lans-en-Vercors :
Il passe 5 fois par jour environ.
L’entrée des gorges est située entre Engins et Lans-en-Vercors. Le car ne s’y arrête pas (normal, personne n’y habite…).  Nous avons demandé au chauffeur de nous y déposer, mais il est tout à fait possible  de descendre à Lans en Vercors (après les gorges donc) et marcher environ 2km jusqu’aux gorges.

IMG_1943

Le Habert de Bovinant

IMG_4160Bivouac au balcon

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un habert ? Un habert est une sorte de cabane construite à l’origine pour les bergers. Le habert du bovinant possède une porte, mais pas de fenêtre à part une minuscule lucarne. Il est vide, à l’exception d’un banc en bois et de vieilles couvertures de survie dépliées et terreuses. C’est solide pour s’abriter du vent, de la neige ou de la pluie, mais ce n’est en aucun cas propre ou confortable. Ne pensez pas dormir à l’intérieur !

Par contre, le habert est bâti à proximité d’une source, et il fait un bon abri en cas de pépin ! (orage, tempête de grêle ou autre ouragan) De plus, il est sur un terrain plat, herbeux, sec et abrité du vent ! C’est donc un endroit idéal pour poser sa tente (en fait dormir ailleurs est impossible : les pentes sont trop penchées, les sommets trop ventés, les fonds de vallées pleins d’eau, les forêts pleines d’arbres, et les éboulis pleins de rochers pointus) !

IMG_4183Le habert

Le habert est situé à moins d’une demi-journée de marche du monastère de la grande Chartreuse. C’est donc idéal pour arriver à 13h15 à l’arrêt Correrie, faire le tour des bâtiments du musée et du monastère, monter tranquillement en haut, remplir les bouteilles au tout petit filet d’eau de la source (c’est assez long…), faire un petit tour (sans les sacs, enfin!!) pour profiter de la lumière du soir, manger puis monter sa tente au coucher du soleil (il est interdit de monter la tente pendant la journée mais si on attend la nuit on ne voit plus rien… au coucher du soleil c’est bien).

IMG_4234Vue sur le monastère, perdu au milieu de la foret

Enfin, chose important, qui dit berger dit… mouton (ou brebis peut être)! Ce n’était pas la solitude là-haut puisque nous avons rencontré des centaines de moutons. Pour tout vous dire, même s’ils étaient fort sympathiques, nous étions contents qu’ils aillent admirer le coucher de soleil en grimpant tout en haut de la montagne vers 20h, parce qu’autrement entre les cloches et les bêlements la nuit aurait été moins calme. Ils sont revenus le matin à 6h pour boire une petite eau (à défaut de café…) au habert. Ils ont essayé d’être discrets mais avec une cloche autour du cou ce n’est pas facile.

IMG_4200Réveil en fanfare

Chose importante, tous ces moutons étaient surveillés par un énorme chien de berger. Les panneaux nous avaient prévenus : « Dans le parc naturel, des chiens surveillent les troupeaux… si vous les rencontrez, restez calmes, ne faites pas peur aux moutons, ne courez pas, laissez le chien vous identifier. ». C’est une des raisons pour laquelle il est interdit d’amener son chien dans le parc !

De fait, ce chien-là est très habitué à voir des randonneurs, et il n’avait pas du tout l’air agressif. Quand nous sommes arrivés, il est juste venu calmement près de nous, nous a senti, s’est laissé caresser la tête, puis est parti se reposer sur le promontoire d’où il surveille les environs. Il a ensuite suivi les moutons quand ils sont montés et nous ne l’avons plus revu.

Le lendemain, nous avons été au Petit Som (1772m) puis nous sommes redescendus au monastère. On peut aussi monter au Grand Som (2026m), ou aller voir le paysage au Col du Fret. Le chemin est très bien balisé pour toutes les directions et les temps de parcours sont indiqués.

IMG_4225Sur la route du petit Som

Caractéristiques de la rando:

La trace GPS est disponible ici : https://www.komoot.de/invite-tour/8765324?code=dhcygb-snx4b01rQUIkBzGF_Nk44DsVEcifA1aR8eC_d_lXPKg

  • Dénivelé: +800m (1er jour) puis +100 et -900 (2eme jour). La montée au Grand Som ajoute +400 et -400
  • Distance: 7km le 1er jour, 10km le deuxième
  • Durée: départ 11h de Lyon le samedi, retour 19h30 le dimanche. D’autres choix sont possibles.
  • Attention au règlement et à la météo

Carte du 1er jour: attention le point A est le Monastère et non l’arrêt de bus, qui est sur la route (au sud sur la carte). On plante la tente en B.

habert

Deuxième jour: on se réveille en A, on fait un petit tour au petit Som (1) puis retour au Monastère (B).

habert

Accès (idem que pour le tour du monastère):

Prendre le TER à la Part-dieu en direction de Grenoble, il passe toute les heures même le dimanche. Pour cet

Descendre à Voiron (après environ 1h de trajet) et prendre le car Transisère 7010 en direction de Chambéry. Ce bus passe 2 ou 3 fois dans la matinée selon le jour. Attention, en Juillet et Août le dimanche il faut le réserver par téléphone au moins un jour ouvrable en avance!

Au bout de 20 minutes, on arrive à Saint Laurent du Pont: il faut descendre du car 7010 et monter dans le 7000 en direction de Saint-Pierre de Chartreuse!
Pas de panique, la correspondance est très bien faite: Si l’horaire indique « correspondance avec le 7000 en direction de Saint-Pierre de Chartreuse » alors les bus arrivent en même temps et s’attendent, donc il n’y a aucune perte de temps ni stress pour cette correspondance!

Il reste juste 10 minutes de trajet avant l’arrêt Correrie : tout le monde descend! Nous sommes au cœur de la chartreuse.

Pour le retour, c’est la même chose exactement, mais dans l’autre sens! Et si on arrive en avance pour le bus il est toujours possible de visiter le musée de la Grande Chartreuse.

Pour cet été 2015 :

le TER part de Lyon toutes les heures à la minute 14. Il arrive à Voiron à la minute 22 de l’heure suivante et à Grenoble à la minute 38.
C’est bien pour une correspondance avec le 7010 de 8h55 à Voiron (à la demande le dimanche).
Pour une sortie sur deux jour le départ de 12h35 à Voiron est pas mal (tous les jours sauf dimanche), celui de 14h15 à Grenoble fait un temps de trajet plus long.

Le retour est possible à 12h50 et 16h35 le samedi, à 12h50 et 17h20 le dimanche.

autour du Habert

IMG_4216IMG_4138

IMG_4157Tout le monde regarde le paysage

Le moucherotte depuis Saint Nizier.

Image

Voici une rando que je n’ai pas encore testée, mais que des amis ont fait il y a quelques semaines. Il y a plusieurs chemins pour monter au Moucherotte, tous bien documentés sur Camp-to-camp. En haut, belle vue sur Grenoble au nord-est et sur les crêtes du Vercors au sud. La ville est tout près, mais c’est joli quand même!

Quelque soit le chemin, c’est à peu près :

  • 7km
  • 700m de dénivelé à monter puis redescendre
  • départ 8h de Lyon et retour 21h (même si des bus existent pour rentrer plus tôt)

 

montée au moucherotte

Accès :

Prendre le TER à la Part-dieu en direction de Grenoble, il passe toute les heures même le dimanche.

Descendre à Grenoble (après 1h20 de trajet) et prendre le car Transisère 5110 en direction de Lans en Vercors. Ce bus passe 4 fois par jour environ.

Au bout de 45 minutes, on arrive à Saint Nizier en Vercors: il faut descendre à l’arrêt Michallon (ou village pour une variante de l’itinéraire).

Retour exactement pareil.

moucherotte

Autour du monastère de la Grande Chartreuse

IMG_4101

Ce weekend nous sommes allés randonner autour du monastère de la grande Chartreuse. Les moines chartreux ont fait vœu de silence, ils habitent donc loin du monde, dans une vallée déserte au cœur de la forêt : c’était le point de départ idéal pour notre petite rando. 🙂

Il y a de multiples itinéraires possible autour du monastère:

– Le plus court consiste à faire simplement le tour du monastère (sur la carte ci-dessous):

  • 5km de randonnée
  • +150 m et -150m de dénivelé

Plus long, il y a les randos vers le Petit Som (+900m) , voir le Grand Som (+1300m).
Sinon on peut marcher jusqu’au col de la Ruchère comme ceci :

  • 12km de randonnée
  • +650 m et -650m de dénivelé

Ici le plan  de la randonnée longue : https://www.komoot.com/invite-tour/57887338?code=kip6tp-4I94Ts1T7VVfitsay2WXcqxjpKi19cykBOBUpE26ArM

petit chartreuse

Accès valables pour un samedi jusqu’au 31/08/2020 :

Le bus  Transisère 7000 part à 8h35 de la gare routière de Grenoble. Pour l’avoir vous avez quatre choix:

  1. Le choix optimisé : TER de 7h14 à Part-Dieu, arrivée Voreppe 8h45 (avec un changement de 15 minutes à Voiron) puis 8 minutes de marche (750m) jusqu’à l’arrêt « La Verronière » pour prendre le bus 7000 à 8h57. Ne prenez cette option que si vous marchez vite et que vous avez un sens de l’orientation solide. Si votre TER Voiron-Voreppe est en retard ça ne marche pas. Dans ce cas continuez jusqu’à Grenoble et faites plutôt la rando de la Pinea.
  2. Le choix de la tranquillité : TER de 6h12 à Part-Dieu, arrivée 7h38 à Grenoble (1h de correspondance, de quoi boire un café)
  3. Blablabus de 6h30 à Perrache, arrivée 7h55 à Grenoble (40min de correspondance)
  4. Flixbus de 6h45 à Perrache, arrivée 8h20 à Grenoble (15 min de correspondance)

dans tous les cas le bus arrive à 9h40 à la Correrie au départ de la rando.

Retour par le Transisère 7000 de 16h35 à la Correrie. Correspondance à Saint Laurent du pont avec le transisère 7010 à 17h05. A Voiron ne trainez pas: le bus arrive à 17h32 et le TER part à 17h39. Pas de panique, il y a un escalier direct vers la voie B depuis la gare routière sud. Arrivée à 18h46 à la Part-Dieu. Le retour se fait donc en un temps record.

Explications générales pour les autres jours de la semaine :

Prendre le TER à la Part-dieu en direction de Grenoble, il passe toute les heures même le dimanche.

Descendre à Voiron (après environ 1h de trajet) et prendre le car Transisère 7010 en direction de Chambéry. Ce bus passe 2 ou 3 fois dans la matinée selon le jour. Attention, certains services doivent être réservé par téléphone au moins un jour ouvrable en avance!

Au bout de 20 minutes, on arrive à Saint Laurent du Pont: il faut descendre du car 7010 et monter dans le 7000 en direction de Saint-Pierre de Chartreuse!
Pas de panique, la correspondance est très bien faite: Si l’horaire indique « correspondance avec le 7000 en direction de Saint-Pierre de Chartreuse » alors les bus arrivent en même temps et s’attendent, donc il n’y a aucune perte de temps ni stress pour cette correspondance!

Il reste juste 10 minutes de trajet avant l’arrêt Correrie : tout le monde descend! Nous sommes au cœur de la chartreuse.

Pour le retour, c’est la même chose exactement, mais dans l’autre sens! Et si on doit attendre le bus il est toujours possible de visiter le musée de la Grande Chartreuse. ou de continuer à pied par le chemin qui surplombe la route et qui rejoint saint-pierre de Chartreuse à 2km.

IMG_4094

Vallée de la Lavey et lac des Rouies

2-DSCN3294
Le lac et le glacier des Rouies (2722 m)

Attention, cette rando n’est accessible que l’été (du 01 Juillet au 30 Aout, voir plus bas). Elle se situe dans le plus haut parc national français, le parc des Ecrins ! Étant donné le temps de trajet, il faut aller là-bas pour 2 jours au moins, et je conseille même d’y rester trois jours si possible. Une variante est possible l’hiver également au départ de Vénosc (voir plus bas).

On est par contre récompensé du voyage : des glaciers et des sommets de plus de 4000m surplombent des vallées vertes et sauvages, de puissantes cascades alimentent les torrents d’un bleu irréel…

1.0-IMG_4376
Le pont de Champhorent sur le Vénéon (1417m)

De plus, le parc des écrins contient énormément de refuges gardés (plus d’une dizaine), alors qu’il n’y en a quasiment aucun dans le Vercors ou la Chartreuse. C’était donc une destination idéale pour mon weekend dernier : j’avais prévu une rando sur trois jours avec bivouac, mais la météo incertaine m’a rabattu sur un refuge confortable, et donc sur le massif des écrins!

IMG_4576
Le refuge de la Lavey (1797 m)

J’ai découvert à cet occasion que l’accès en transport en commun aux écrins est très bien fait, le parc communique beaucoup à ce sujet et toutes les vallées des écrins sont accessibles en transport en commun.

La Rando en détail :

le topo détaillé de la rando est sur camp to camp. Nous en avons fait une version rallongée!

Premier jour

Nous sommes partis vendredi matin de Lyon et arrivés à 13h à Champhorent. De là, nous sommes simplement montés au Refuge de la Lavey. Ce refuge est un ancien bâtiment en pierre rénové avec beaucoup de charme.

Le temps théorique pour y monter depuis l’arrêt de bus est d’1h, nous avons mis 2h30 car nous avons fait pas mal de pauses pour déjeuner, mettre les pieds dans les torrents et prendre en photo les papillons.

J’avais prévu de faire une balade autour du refuge en début de soirée (en direction du Lac des Bèches) mais comme il s’est mis à pleuvoir nous nous sommes rabattus sur une bière dans le refuge (brassée dans une vallée des écrins, elle était excellente).

Bilan : 450m de montée ; 150m de descente, 5km environ.

champhorent - la lavey 2h 5km +450
Itinéraire Jour 1, arrêt de bus en (A), refuge en (B)

Deuxième jour

Le deuxième jour, nous sommes allés tout au bout du vallon de Lavey, avant de monter au Lac des Rouies (2700m). La Rando est relativement longue et monte raide, avec quelques passages où il faut s’aider des mains, mais ne comporte pas de difficulté technique particulière. Depuis le lac, on surplombe les glaciers qui sont de l’autre coté de la vallée. Le glacier des Rouies trempe directement dans le lac, et là haut on se sent dans un autre monde.

Bilan : 900m de montée ; 900m de descente ; 11km environ ; 5 marmottes.

lac des Rouis 11 km 900m
jour 22: Notez que Komoot ne connait pas la fin du chemin, donc il affiche un trait rectiligne

2-IMG_4530
Le lac des Rouies

Troisième jour :

Le troisième jour, nous sommes retournés dans la vallée du Vénéon par un chemin qui passe par la forêt et longe le Vénéon. Nous avons trouvé une jolie plage au bord du torrent et nous avons ensuite eu juste le temps de revenir à Champhorent pour le bus de 15h.

Bilan : 500m de descente, 200m de montée ; 7km environ

retour par la rivière
Itinéraire jour 3, pause en (1) (voir image ci-dessous), arrêt de bus en (B)

 IMG_4590
Le Vénéon (si si il est vraiment bleu comme ça!)

Pour accéder aux Ecrins depuis Lyon:

1)       Prendre le TER à la Part-dieu en direction de Grenoble, il passe toute les heures le weekend et toutes les 30min en semaine. Temps de trajet 1h20 à 1h30. J’ai pris celui de 8h44, arrivée 10h13.

2)       Prendre le car transisère 3030 ou 3000 à destination de Bourg-d’Oisan, qui a une correspondance prévue avec le car transisère 3040 à Destination de la Bérarde. Il y a 4 bus 3040 par jour (2 le matin et 2 l’après-midi dans chaque sens). J’ai pris celui de 10h25. Le trajet complet dure 2h pour le plus rapide, presque 3h pour le plus lent.

Attention, tous les 3030 ne sont pas en correspondance avec le 3040! Lorsque la correspondance est prévue, il n’y a pas d’attente ni de risque de rater le bus.

Le 3040 ne fonctionne que pendant Juillet et Aout! pour les autres moments, il est possible d’atteindre le parc des écrins directement avec le 3030, en descendant à Vénosc, dans la vallée du Vénéon en aval de Champhorent.

3)       Descendre à l’arrêt « Champhorent », sur la commune de Saint-Christophe en Oisan (nous y sommes arrivés à 13h, après 4h15 de trajet).

Le retour à été pour nous plus rapide que l’aller , puisque nous sommes partis à 15h et arrivés à 17h à Grenoble, puis nous avons pris le TER de 17h20 pour une arrivée à 18h40 à Lyon. (soit 3h40 en tout)

La ligne 3040 parcours la vallée du Vénéon jusqu’à la Bérarde, son extrémité. La large vallée du Vénéon est très belle, la route n’est pas très fréquentée car la Bérarde est un cul-de-sac. A partir de Venosc les vallons perpendiculaires à la vallée principale sont magnifiquement sauvages. Quasiment tous les arrêts de cette la ligne 3040 sont donc des départs de randonnées dans le massif des Ecrins.

Variantes sur 2 jours:

Pour aller aux Ecrins sur un weekend, il faut rentrer avec le bus de 17h le dimanche à Champhorent. Je ne crois pas qu’il soit possible d’arriver assez tôt à Grenoble le samedi pour prendre le bus de 8h15, mais arriver à 13h sur place (comme nous avons fait) laisse quand même du temps pour une bonne balade. Le lac des Rouies est un peu trop loin, mais la balade du lac des Bèches est une alternative plus rapide. Il est également possible de revenir à l’arrêt de bus en marchant en surplomb du vallon de la Lavey au lieu de marcher au fond, en passant par le lac des Fétoules, d’où il y a une belle vue.

Prix

En voyageant à plusieurs le bus n’était vraiment pas cher : 20€ l’aller-retour pour 3 personnes. Le train coute 11€/personne aller simple en période bleu.

Dormir au refuge coûte 19,40€, ou 43€ en demi-pension. Le samedi soir on ne peut réserver qu’en demi-pension. La pinte y coute 5,50€ soit pareil qu’à Lyon, mais elle est meilleure après une bonne marche!

1-IMG_4412
Le car 3040 arrivant à Champhorent

PS: j’ai mis des cartes, mais n’hésitez pas à aller voir celles de camp to camp, elles sont plus précises!

Les Lônes du Rhone

20191103_155147

Voici la sortie nature la plus proche de Bellecour. On n’y trouve pas de montagnes mais le Rhône en version sauvage.

L’endroit à beau être proche de la vallée de la chimie, il est étonnement préservé. On ne croise ni route, ni maisons, ni champs: seulement les arbres, les oiseaux et des prairies sauvages. Selon la saison on y croise énormément de rapaces, de cormorans, de cygnes ou de hérons.

C’est donc parfait pour un dimanche après-midi en toute saison, pour les grands et les petits.

20191103_161937Le mois d’octobre

20191103_150827Une vrai jungle, à 15 minutes de Perrache

Le sentier suit le lit majeur du Rhône d’Irigny à Vernaison sur 6km. Une fois arrivé à Vernaison on peut soit prendre le train ou le bus pour rentrer, soit continuer encore 4km le long du Rhône jusqu’à la gare de Grigny d’où le train nous ramène à Perrache.

20191103_152457Le chemin alterne forêts et prairies, toujours en bord de Rhône

Accès pour un dimanche après-midi, horaires valable jusqu’au 30/06/2020

Depuis Bellecour Charité, prenez le bus TCL ligne 15. Si vous marchez d’un bon pas prenez celui de 14h20, sinon visez plutôt celui d’avant à 13h45.

Descendez à l’arrêt « les cigales » au bout de 25 minutes de trajet. En sortant du bus traversez la route et prenez l’escalier qui descend vers le lotissement. Descendez tout. Arrivé au giratoire continuez tout droit jusqu’au passage à niveau dans la zone industrielle. Au bout de la rue il faut contourner le parking par la droite (la barrière laisse passer les piéton) et on se retrouve au bord du fleuve, point de départ de la balade.

carte itinéraire fond de plan
Cliquez sur la carte pour la trace GPS

Le temps de marche d’environ 1h30 permet de rentrer par le train de 16h43 à Vernaison. Il vous amène à Perrache en 15 minutes. Si vous le ratez, le train suivant est à 18h43 mais vous pouvez aussi rentrer avec le bus TCL 18 de 17h35 à l’arrêt Vernaison Place.

Vous pouvez aussi continuez le long du Rhône jusqu’à Grigny, compter une petite heure de marche supplémentaire. La gare de Grigny est sur la même ligne que celle de Vernaison, le même train y passe simplement 5 minutes avant (16h38, 18h38).

20191103_163746Atmosphère tranquille à la gare de Vernaison.

Autres moyens d’accès possible

Si vous habitez le long du métro B c’est probablement plus pratique pour vous de faire cette promenade en prenant le bus 15 à 14h33 à la gare d’Oullins plutôt que de le prendre à Bellecour. Pour rentrer vous pouvez aussi descendre du train ou du bus 18 à la gare d’Oullins

Sinon on peut aussi accéder au début de la rando par le TER, arrêt « Yvours » (à 10 minutes de Perrache) ou par le bus TCL 18 arrêt « Le Broteau ». Je vous mets un petit schéma :

schéma bus

20191103_150931

20191103_154510Drôles de plantes plus grandes qu’un homme : a-t-on rapetissé?

20191103_152729L’équipe de test des balades. Merci à eux.

 

 

Les rivières souterraines

specc81lecc81ologie-cuves-de-sassenage-1Cuves de Sassenage, photo yeswecanyon

Lorsqu’il fait 40° dehors, quoi de mieux que de randonner sous la terre là où il fait 15° toute l’année? Dépaysement garanti.

La grotte la plus facilement accessible en transports en commun est à Sassenage, là où la ville de Grenoble touche la falaise du Vercors.

Pour y aller il faut prendre le train jusqu’à Grenoble (1h20, 1 train/heure depuis Part-Dieu, Perrache où Jean-Macé). Emportez votre vélo avec vous, c’est la manière le plus pratique d’aller ensuite de la gare à l’entrée de la grotte, en 25 minutes dont la moitié sur la chouette piste qui longe le Drac. Ici la carte de l’itinéraire d’accès à vélo.

On peut bien sur prendre les transports en commun grenoblois entre la gare et la grotte mais c’est plus long.

01marmittesepingleacheveuxCuves de Sassenage, photo Spel-et-eau

Ce sont des randonnées d’une demi-journée, à faire bien entendu avec un guide qui vous fourni le matériel et vous garanti de ressortir vivant de l’aventure. Les agences vont la sortie sous plusieurs modalités, de la sortie d’une demi-journée avec seulement de la marche, jusqu’à la sortie plus longue avec matériel d’escalade et passages aquatiques… demandez leur ce que vous voulez! Cela dépend aussi de la saison. Ici les liens vers les agences:

https://www.vertical-aventure.com/fr/speleologie/grotte-cuves-sassenage-vercors

http://www.spel-et-eau.com/project/grotte-des-cuves-de-sassenage/

http://www.speleo-canyon.com/Cuves-de-Sassenage.htm

https://www.yes-we-canyon.com/activites/speleologie/cuves-de-sassenage-grenoble-lyon-vercors/

speleo2_0-1Cuves de sassenage, photo collège Stephane Hawking

Si vous avez déjà fait cette sortie, n’hésitez pas à en faire d’autre, le Vercors et la Chartreuse regorgent de grottes. En général les agences disent de se rejoindre sur le parking de la grotte ce qui exclu l’accès sans voiture. Cependant beaucoup d’accompagnateurs habitent à Grenoble, Voiron, ou passent près de ces lieux: N’hésitez pas à préciser à l’agence que vous êtes sans voiture et que vous cherchez une sortie au départ d’une gare, si c’est fait en amont de la réservation, la plupart ne verront pas d’inconvénients à la demande. Et au pire, on vous dit non. Paradoxalement, les guides peuvent se braquer s’ils ont l’impression qu’on les force à servir de taxi, mais ils sont généralement compréhensif si les choses sont présentés sous l’optique du covoiturage, de l’opportunité d’optimiser les choses ou d’une démarche environnementale.

gournier-entrc3a9e-2Grotte de Gournier, photo Spel-et-eau

 

Samedi Raquette à la Grande Chartreuse

Voici la variante hiver d’une randonnée qui est aussi très sympa l’été. Elle peut se faire à la journée depuis Lyon avec un temps de parcours honorable en train+bus.

Elle se passe au cœur du massif de la Chartreuse, là où seuls habitent les moines qui ont fait vœux de silence depuis que Saint-Bruno y a fondé l’ordre au 11ème siècle.
Une randonnée facile, loin de l’agitation des pistes de ski. Ouvrez l’œil, car les chamois sont bien là même s’ils sont difficiles à voir sur fond de sapins.

De mi-janvier à mi-Mars il y a pas mal de neige et ça vaut le coup de prendre des raquettes. On peut vérifier l’enneigement avec les webcam de la correrie et de saint-pierre de Chartreuse.

 

P1480041Vue depuis la prairie de la folie

Mode d’accès pour un samedi jusqu’au 31/06/2020 :

Le bus  Transisère 7000 part à 8h35 de la gare routière de Grenoble. Pour l’avoir vous avez quatre choix:

  • TER de 6h12 à Part-Dieu, arrivée 7h38 à Grenoble (1h de correspondance, de quoi boire un café)
  • Blablabus de 6h30 à Perrache, arrivée 7h55 à Grenoble (40min de correspondance)
  • Flixbus de 6h45 à Perrache, arrivée 8h20 à Grenoble (15 min de correspondance)
  • TER de 7h14 à Part-Dieu, correspondance de 15min à Voiron pour le TER qui va à Voreppe. Arrivée 7h45 à Voreppe puis marcher (vite) 800m jusqu’à l’arrêt « La Verronière » où le bus 7000 passe à 8h57. On gagne 1h de sommeil mais il faut être bien réveillé pour ne pas rater la correspondance à Voreppe, il n’y a pas droit à l’erreur.

 Arrivée vers 9h25 à la Correrie au départ de la rando.
L’avantage d’arriver tôt c’est que le matin il n’y a généralement personne, vous avez la montagne pour vous tout seul.

Retour par le Transisère 7000 de 16h35 à la Correrie. Correspondance à Saint Laurent du pont comme à l’aller avec le transisère 7010 à 17h05. A Voiron ne trainez pas : le bus arrive à 17h32 et le TER part à 17h39. Pas de panique, il y a un escalier direct vers la voie B depuis la gare routière sud. Arrivée à 18h46 à la Part-Dieu.

P1480022Monastère de la Grand Chartreuse après 1km de marche

Itinéraire

  • 12km de randonnée
  • +650 m et -650m de dénivelé
  • Pas de passage dangereux

Astuce pour le retour: si le temps se gâte et que vous devez écourter votre randonnée, au lieu d’attendre le bus à la Correrie au milieu de la forêt cela vaut la peine de marcher jusqu’à Saint-Pierre (hameau de « la Diat »)pour y attendre le bus devant un chocolat chaud. C’est à 2km de la Correrie soit 40 minutes à pied. Il y a un chemin vers la gauche à ne pas rater quand on descend sur la route en direction de l’arrêt de bus. Il mène vers Saint-Pierre en parallèle de la route, au nord de celle-ci jusqu’au pont de Valombre, puis il faut marcher sur la route une centaine de mètres, puis traverser le torrent pour prendre le chemin sur la rive d’en face toujours dans la même direction. On le voit bien sur les cartes IGN.

rando la ruchere
Cliquez sur la carte pour trouver la trace GPS. Point B: arrêt de bus 7000 « la Correrie » à quelques centaines de mètres du monastère de la Grande Chartreuse.

P1480029Le sentier monte en pente douce : la randonnée est facile et sans risques

P1480035
Passage au Habert de Billon

img_3079.jpgCol de la Ruchère, point culminant de la randonnée

Le parc de Lacroix-Laval

J’ai longtemps hésité à mettre cette sortie sur le site: beaucoup trop facile d’accès et beaucoup trop civilisé pour ce site qui se veut sauvage et montagnard.

Mais j’ai craqué, parce que trop peu de gens connaissent ce bon plan.

IMG_2777Petite cascade, gros cheval, forêt et prairie : le résumé d’une après-midi détente à 18 minutes de chez soi, même en décembre.

Au départ de la Gare Saint-Paul, les tram-train de l’ouest lyonnais emmènent en 18 minutes au cœur des vallons du Lyonnais. La gare s’appelle « Casino Lacroix-Laval » et se situe réellement dans la forêt.  Le trajet est super confortable, coute 1.4€ (2.8€ si vous n’avez pas de réduction). Les trains sont spacieux, toujours propres, jamais en retard. Ils roulent toutes les demi-heure du lundi au samedi et toutes les heures le dimanche. Leur terminus est « Saint-bel ».

Le parc fait la taille du parc de la Tête d’Or, il se compose d’un vallon forestier et d’un plateau de prairies. Il contient un petit château, un potager botanique et quelques animaux (de type chevaux, moutons, daims, mais on ne les voit pas toujours très bien). Il y a beaucoup moins de monde qu’à la Tête d’Or.

IMG_2779Il y a même un château! Aussi ouvert quand il fait jour 🙂

J’adore cette sortie car elle est hyper confortable : marcher à pied à travers le Vieux Lyon est un plaisir, la gare est belle, le train est agréable, la gare d’arrivée est dans le parc tout simplement. Pas de marche d’approche pénible sur des trottoirs trop petits.

IMG_2783La gare et l’entrée du parc. C’est un endroit très sympa même si ça ne se voit pas vraiment sur cette photo de 17h30 un dimanche brumeux de décembre.

Ceux qui n’habitent pas près de la gare saint-Paul mais sur la ligne de métro D prendront le même train à Gorge de Loup. La gare de Gorge de Loup est beaucoup moins belle que Saint-Paul mais par contre elle n’est qu’à 15 minutes de l’arrêt « Casino Lacroix-Laval ».

119113430_oPhoto volée au blog Transportrail… Envoyez moi votre meilleure photo du tram-train et je la poste à la place de celle-ci! Depuis la montée des carmes déchaussés il y a un beau point de vue…

Photo à la une : Grand Lyon/Laurence Danière

Kayak dans le Bugey

IMG_1698

Voici une sortie parfaite pour une chaude journée d’été :  accessible par un train direct et rapide, rafraichissante et surtout très très nature.

Le principe est de louer des kayaks à la base Aqualoisir de Seyssel, pour ensuite profiter d’une descente du « vieux Rhône » loin en amont de Lyon (c’est à dire le cours originel du fleuve, qui n’a pas été canalisé pour laisser passez les bateaux comme c’est le cas à Lyon).

Le caractère sauvage du vieux Rhône est absolument bluffant  : les deux rives sont couvertes de forêts, les canards se reposent sur les gravières et de petits rapides pimentent la descente (ça reste très léger, pas d’inquiétude…). Il paraît qu’il y a des castors mais nous n’en avons pas vu.

On peut bien entendu se baigner, l’eau est claire et il y a des plages peu profondes abritées du courant.

IMG_1685Petits rapides sur le vieux Rhône

IMG_1697Des sortes de canards (je ne suis pas expert…) prennent le soleil, tout est paisible

Seyssel-Corbonod est à une 1h08 de la Part-Dieu. Des TER circulent toutes les deux heures environ  (il s’agit de la ligne Lyon-Genève).
Pour cet été 2018, le samedi et dimanche, les horaires sont :
Dans le sens aller : 6h37, 8h34, 10h37, 14h37
Dans le sens retour : 14h14, 16h12, 17h26, 18h12, 20h15.

Je conseil de partir à 10h37, réserver le kayak « formule classique » pour 12h15, pagayer 1h, pique niquer sur la rive, continuer 2h. Le temps de rentrer à la base nautique avec les kayaks il sera environ 17h, parfait pour avoir le trainde 17h26 ou celui de 18h12.
Dans tous les cas, il faut appeler la base Aqualoisir de Seyssel au 06 50 58 70 24 avant de partir pour vérifier la disponibilité des kayaks!

La gare est située à 20 minutes à pied (1600m) de la gare de Seyssel-Corbonod. Ces 20 minutes sont plutôt agréables car elles se font sur des rues qui longent le Rhône. En sortant de la gare, on ne peut pas se tromper: c’est plein sud (regardez le soleil…), dans le même sens que le fleuve et dans le sens opposé de celui ou va le train.

Note 1 : ceux qui n’aiment pas l’eau pourront aussi faire du vélo le long de Rhône sur la Via Rhona entre Seyssel et Culoz, soit avec votre propre vélo emmené dans le TER, soit en louant un vélo toujours à la base Aqualoisir de Seyssel.

Note 2 : comme nous étions pressés nous avions pris nos affaires avec nous dans le kayak (bidons étanches) et nous avions demandé à être déposé près de Culoz au lieu de rentrer à Seyssel. En effet, à Culoz il y a deux fois plus de trains pour Lyon, cela permettait de prendre un train d’avant. Cependant ce n’est pas garanti que le loueur accepte à chaque fois de rendre ce service, surtout en haute saison.

accès piéton

 

Traversée du Vercors en raquettes

Le Vercors mérite bien sa réputation de territoire sauvage aux paysages grandioses. Au-delà des longues visions qui invitent au calme, vous ne vous lasserez pas de vous faire surprendre par les pics, falaises et canyons qui surgissent aux détours des chemins. Et l’hiver offre l’occasion de redécouvrir ces paysages sous un nouveau jour, dans leur manteau de neige. Il existe autant d’itinéraires de traversées que d’idées de promeneurs, donc je vous en propose un, que j’ai suivi en raquettes avec deux amis en février.

DSC_5027

Avant tout, je tiens à rassurer le lecteur inquiet qui pourrait douter de ses capacités à entreprendre cette traversée: on entend beaucoup « le Vercors en hiver, c’est hyyyper paumatoire! ». Alors oui, il vaut mieux prendre ses précautions si on n’est pas un expert de l’orientation à la boussole (exemple: appli GPS utilisable hors ligne type Komoot à 30€), faire attention aux scialets et lapiaz (gouffres et crevasses) et privilégier des conditions de temps clair permettant de bien se repérer. En ce qui nous concerne, nous avons eu 4 jours de beau temps et nous avons très simplement suivi les traces de ski dans la neige qui correspondaient tout à fait aux chemins (cf. cartes TOP25 n°3236 et 3237).

Je conseille de s’équiper d’un duvet bien chaud pour passer la nuit dans les cabanes (je pense que la température est autour de 0°C la nuit, pas bien inférieure car l’eau ne gèle pas dans la cabane). Prévoyez aussi de faire fondre de la neige, les sources sont gelées ou sous la neige en cette saison.

Nous avons réalisé la traversée en raquettes mais l’itinéraire est accessible en ski de rando. L’itinéraire est également accessible aux pulkas. Notre traversée est dans le sens Sud-Nord. Je ne pense pas qu’il y ait un sens préférable, le mieux étant sans doute de tester les deux, l’angle de vue sur le paysage étant complètement différent. Attention toutefois dans la prévision de vos étapes, on ne peut pas simplement prendre un itinéraire en sens inverse du fait des dénivelés positif et négatif différents (voir ci-dessous).

Nous sommes partis un dimanche vers 11h30 du col de Menée (voir accès plus bas). Le sentier part au-dessus de la route, une cinquantaine de mètres avant l’entrée du tunnel (côté Clelles). Avant de rejoindre le GR à la fontaine des Prêtres, il n’y a pas de trace mais on se repère facilement: il suffit de suivre la crête, passer le col de Lauzette, continuer au-dessus de la forêt et rejoindre la « fontaine » (c’est-à-dire le fond de la vallée, visible et relativement fréquenté avec des tables de camping). Nous avons passé la nuit à la cabane de l’Essaure.

DSC00166.JPG

La crête de Grande Leirie

Le lendemain nous avons rejoint la cabane de Chaumailloux en 3h où nous avons déjeuné. Nous avons ensuite continué 3h sur la cabane de Pré Peyret en passant par le Pas de l’Ours et la Jasse de Peyre Rouge. Ce chemin est identifié comme un sentier sur la carte IGN mais il y avait des traces. L’itinéraire de randonnée (par la plaine de la Gache, bergerie du Jas Neuf et col du Pison) constitue une jolie alternative mais qui rallonge un peu (7km contre 5,5km, dénivelé identique).

IMG_2885.JPG

Le Mont Aiguille

Pour la troisième étape, nous attaquons la traversée des hauts plateaux, le long des sommets dominés par le Grand Veymont. Nous avons suivi le GR91 mais un camarade de cabane chevronné en ski de rando nous a conseillé le détour costaud par la Cabane des Aiguillettes et le Pas des Chattons (15km/+440m contre 11,5km/+180m).

IMG_2941.JPG

Le Grand Veymont

Dernière étape (mais pas la moindre!) nous avons rejoins Corrençon-en-Vercors (18,5km/+190m). Après une bonne matinée de marche, nous avons déjeuné à la Cabane de Carrette où l’on commence à rencontrer des promeneurs à la journée. Nous sommes arrivés vers 16h. A noter que cette étape sportive, me paraît très compliquée dans l’autre sens (700m de dénivelé).

IMG_3078.JPG

Darbounouse

Lien vers l’itinéraire: https://www.komoot.com/tour/14708219

Accès au Col de Menée:

On arrive en TER à la gare de Clelles-Mens. Puis nous avions réservé un taxi jusqu’au Col de Menée (Taxis Dubourdeaux: 04.76.34.68.76, ponctuel, sympa et grand coffre pour le matos). Le coût important du taxi (80€) s’amortit vite à 3 ou 4. Il est peut être possible d’éviter le taxi en s’approchant en bus depuis Die puis de rejoindre le massif en marchant.

Départ de Corrençon-en Vercors:

Plutôt que d’avoir la pression pour avoir le bus à l’issue de notre dernière et longue étape, nous avons choisi d’arriver tranquillement à Corrençon, y dormir une nuit et partir le lendemain. Je recommande le gîte des Hauts Plateaux (15€/pers), très confortable. Il faudra monter au Clos de la Balme (à pieds avec la frontale: 20min ou en stop ;D) pour déguster au Caribou la raclette bien méritée après 4 jours de lyophilisé! Et le restaurant des Hauts Plateaux (à côté de l’auberge) le lendemain midi pour ne pas partir sans goûter les ravioles de Royan!

Le bus part du centre de Corrençon et il est direct jusqu’à la gare de Grenoble. Attention, il faut réserver (en jour ouvré avant 12h la veille) car la portion Corrençon > Villars-de-Lans est en transport à la demande (ligne 5130 puis 5100 à Villars, mais c’est le même bus). Bon à savoir, il existe aussi des navettes gratuites entre Corrençon et Villars en saison (elles ne sont pas synchronisées avec la 5100 vers Grenoble mais bien utiles si on n’a pas réservé le 5130).